Vous êtes ici : Accueil > Arborer l’archive vivante au musée (...)
  • Arborer l’archive vivante au musée par le geste : enjeux écologiques

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Arborer l’archive vivante au musée par le geste : enjeux écologiques

     

    Cette première journée d’étude annuelle en partenariat avec la MSH Paris Nord et le projet UPL 2020-2022 Écologies artistiques et numériques des corps vivants au musée porté par Katia Légeret, réunit un réseau de chercheurs artistes. Il s’agit de restituer, par la création d’un parcours sensible et interdisciplinaire dans une collection muséale et patrimoniale, des modes d’immersion participative du public dans le lieu et dans une relation écologique avec l’environnement. L’objectif scientifique sera de jouer et répertorier des gestes artistiques, en résonance à la fois avec un lieu arboré/urbain et de nature, à des pratiques corporelles improvisées, ou savantes, et aux objets/œuvres exposés liés aux arts vivants, numériques ou à des patrimoines dits immatériels en lien avec l’arbre. Il s’agira d’arborer l’archive, de la montrer en mouvement, en réseau, et non de la reconstituer. En quoi un tel déplacement organique, par des récits mis en gestes dans les espaces urbains, muséaux, imaginaires, virtuels, vidéo, arboretum, auditorium la déterritorialise-t-elle  ? Acte de transmédiation esthétique, cette nouvelle collection de gestes créatifs s’intéressera à la responsabilité du chercheur et artiste en arts vivants pour transformer et impliquer nos comportements dans le développement durable.

     

    Informations complètes ici :

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page