Vous êtes ici : Accueil > Amandine CARTAUD
  • Amandine CARTAUD

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Amandine CARTAUD

     

    amandine.cartaud128@gmail.com

     

     

    Parcours académique

     

    Doctorante en études théâtrales dans l’équipe de recherche « Scènes du monde, création, savoirs critiques » à l’Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis. Après une CPGE A/L LSH spécialité théâtre au lycée Saint Sernin (Toulouse) et une licence en Arts du Spectacle à l’Université Paris Nanterre, elle est dirigée en master par Raphaelle Doyon sur le sujet : « Enjeux féministes de la violence au théâtre : stratégies d’autonomisation des créatrices contemporaines. » Ce travail tend à explorer des tactiques concrètes pour les créatrices contemporaines d’autonomisation féministe en se nourrissant des expériences de luttes des différents groupes de militantes.

     

    Travail de recherche en thèse

     

    Sa thèse, co-dirigée par Nathalie Coutelet et Raphaelle Doyon, porte sur « le théâtre de Monique Wittig : la pensée lesbienne à l’intersection des avant-gardes (1967-1985). » Ce projet de recherche, propose une étude du théâtre de Monique Wittig dans son écriture, sa représentation, ou encore sa portée politique et esthétique par le prisme de la notion d’avant-garde. Il permet également d’entamer une remise en valeur d’un patrimoine lesbien, en explorant l’histoire des mouvements et des pensées lesbiennes, par le biais d’une étude d’un pan délaissé de la carrière de Wittig, son théâtre.

      

    Interventions et communications

     

    - Bord de scène de la pièce Pour en finir avec la mascarade de Morgane Lory au théâtre de la Reine Blanche (Paris 18e) le 21 mars 2019.

    - Participation à une journée d’études de jeunes chercheur.ses à l’Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis sur le thème : « Les oeuvres des femmes dans les arts vivants : enjeux contemporains et historiques », le 13 juin 2019. Sa communication porte sur la « Relecture du SCUM Manifesto au plateau, l’héritage misandre de Valérie Solanas chez Yngvild Aspeli : le traitement du corps de la femme violente ».

    - Mise en lecture le 20 janvier 2020 avec un groupe d’étudiant.e.s (Lisa Boudard, Julia Francisco et Miguel Israilevich) d’un extrait de La Grande Ourse de Penda Diouf pour la soirée de lancement de la publication.

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page